Test de Gems of War

Gems of War est un jeu de type Match-3 disponible depuis novembre 2014 sur nos bécanes. Mais pourquoi en faire le test aujourd’hui me direz-vous ? Et bien tout simplement car le jeu bénéficie toujours et pour « longtemps encore » de mises à jour de contenus. Et puis, surtout, il faut bien l’avouer car on l’a complètement loupé à sa sortie. En effet, il s’agit du successeur des excellents Puzzle Quest 1 et 2. C’est développé par la même équipe, Infinity Plus 2 et c’est édité par 505 Games. C’est ce changement de nom dans le titre qui a été la cause de notre oubli. Si comme nous, vous aviez apprécié les premiers Puzzle Quest, il serait dommage de ne pas essayer celui-ci. Ce dernier étant en plus gratuit.

Une réalisation de qualité

Image de Gems of War
De petites animations sympathiques lors des combats.

Gems of War bénéficie d’une réalisation très correcte. On apprécie les dessins des innombrables cartes composant nos troupes. C’est stylé avec un rendu très propre et très agréable à regarder. Le reste est plus conventionnel, mais cela fait bien le job. Notamment lors des combats avec diverses animations qui densifient les affrontements.

Au niveau sonore, il y a plein de petits bruitages caractéristiques et spécifiques a (presque) chaque carte. Ce qui est plutôt plaisant.

Le jeu n’est pas gourmand et il tourne parfaitement sur toutes les bécanes. Il est aussi possible d’ajouter notre compte à un smartphone ou une tablette pour continuer à y jouer loin de son ordi. C’est un plus non négligeable.

On regrette certains bugs, uniquement en mode PvP, qui gâchent un peu cet assemblage rutilant. Les serveurs ramouillent un peu des fois. Ce n’est pas trop handicapant, mais c’est assez fréquent pour le signaler.

Le top du Match-3

Image de Gems of War
Une référence des Match-3 !

Le gameplay est simple et facile à assimiler. Il s’agit d’un Match-3 classique. Si vous ne connaissez pas les Puzzle Quest, cela ressemble à Candy Crush Saga, Bejeweled ou bien encore Columns. En effet, il s’agit de réaliser des combinaisons ou des séries de trois objets ou plus pour les détruire. Ici, il s’agit de billes (Gems) de couleurs. Il y en a six différentes (jaune, rouge, violet, vert, bleu et marron) avec en plus des crânes. L’aire de jeu représente un plateau et l’on doit déplacer une gemme pour en associer au moins trois. L’idée étant de battre une autre équipe qui joue sur le même tableau que nous.

Si vous êtes fans des deux premiers (oublions l’épisode Galactrix), Gems of War représente l’aboutissement de la saga des Puzzle Quest. C’est clairement le plus abouti au niveau du gameplay qui est plus peaufiné et donc extrêmement maitrisé. On a vraiment à faire au top du Match-3.

Le jeu est un mix parfait des deux premiers épisodes. Et il reprend le concept introduit avec Marvel Puzzle Quest au niveau des héros. On a une multitude de cartes à collectionner et à améliorer. Actuellement, cela dépasse les trois cent cinquante. L’idée est de placer une équipe de quatre membres complémentaires.

Chaque personnage a un pouvoir actif ainsi que trois pouvoirs passifs. Ces derniers sont disponibles après avoir amélioré notre carte via moult runes. Il s’agit d’un Free 2 Play, il faut donc récolter de nombreuses ressources avant de pouvoir améliorer nos cartes. On va y revenir, un peu plus bas.

On charge la compétence active en associant un nombre de gemmes de la ou les couleurs requises. Dans les premiers Puzzle Quest, il s’agissait de sorts (certains bien trop puissants) à charger. Maintenant ce sont donc des unités. Le tout est bien mieux pensé et bien plus peaufiné selon nous. Les unités se chargent plus vite que les sorts avec un système plus simple et moins contraignant. C’est beaucoup plus amusant et stratégique maintenant sous Gems of War.

Un jeu très stratégique

Image de Gems of War
C’est plus profond qu’il n’y parait.

Les crânes ont retrouvé une place bien plus centrale dans les combats. Un peu plus comme dans le premier épisode de la franchise. Lorsque l’on associe trois crânes, ou plus, on inflige des dégâts à une unité de l’équipe adversaire (la première). Le système des différents opus a changé encore une fois pour le mieux, selon nous.

Nos unités disposent de trois caractéristiques : points d’attaques, de vie et de bouclier. Si par exemple, une carte à vingt points d’attaque, elle causera vingt points de dégâts à la première unité adversaire sur un dégât de crânes. L’idée étant d’exterminer l’équipe adversaire avant qu’elle nous décime.

Le système de héros et d’armes a, lui aussi, évolué dans le bon sens. C’est plus simple et plus intéressant maintenant. Au lieu, de choisir une unité on peut utiliser un héros. En fait, on choisit entre treize classes possibles. La classe conditionne les trois pouvoirs passifs de la carte. Et on peut adjoindre à cette classe n’importe quelle arme que l’on aura récolté. Il y en a un peu plus de cinq cinquante différentes. L’arme constitue le pouvoir actif (comme une unité normale) qu’il faudra remplir à coup d’association de gemmes. Ce concept est donc plus modulable que celui d’une unité de base.

Les cartes sont très différentes, on retrouve un peu de tout au niveau du background : humain, démons, divinités, nains, monstres, pirates, nains, fées, vampires, goblins, etc…

Leurs pouvoirs actifs sont assez puissants à utiliser en compléments des dégâts de crânes. On bénéficie de capacités somme toutes classiques : des tanks qui sont là pour encaisser un max de dégâts, des unités qui buff les autres en points d’attaques, de vies ou d’armures, des troupes qui explosent des gemmes pour les récolter rapidement, d’autres qui changent la couleur des gemmes, des invocateurs d’unités, des attaquant qui infligent de lourds dégâts (à un ou plusieurs autres troupes adverses), etc…

Image de Gems of War
Ya du boulot pour améliorer ses unités !

De nombreuses autres cartes sont plus agressives et infligent des effets néfastes. Il y a là aussi de la variété avec la possibilité d’avoir des pourcentages de chance de dévorer une unité adversaire (ce qui permet d’ajouter tous ces points de défenses, d’armures et d’attaques à la notre), de vider la mana d’un ou plusieurs ennemis, de l’empoisonner (une chance sur deux qu’il perde un point de vie par tour), de le brûler (il prend trois point de dégâts par tour), de l’enchevêtrer (l’empêche de charger sa mana), de le stupéfier (ne peux plus charger, ni utiliser son pouvoir actif), de le glacer (pour plus qu’il gagne un tour sur les matchs de plus de trois gemmes), de lui poser la marque de la mort (un chance sur 10 de le tuer par tour), etc… Ces effets néfastes peuvent être contrés par une unité qui purifie et aussi avec un pourcentage de chance de se purifier seul à chaque tour.

Bref, Gems of War est un jeu très stratégique. En effet, il faut prévoir une équipe complémentaire et performante. La courbe d’apprentissage est bonne : on assimile vite les concepts du jeu. Et les innombrables combinaisons possibles permettent de moduler et de changer sa façon de jouer.

Une vie de Farming

Image de Gems of War
Un choix imposant d’unités.

Ce système de cartes fonctionne très bien. Il s’adapte parfaitement, en plus, au principe du Free 2 Play. Disons le tout de suite, il y a des éléments payants, mais cela permet juste de progresser plus vite. Vous aurez les mêmes unités, héros et armes en jouant régulièrement. C’est plus lent, mais il n’est pas nécessaire de payer pour bénéficier d’éléments influençant le gameplay.

Avant de pouvoir utiliser une unité, il faut évidemment la trouver. Ensuite, il y a plusieurs catégories de puissances (blanc, vert, bleu, violet, orange et mythique). Il « suffit » de combiner différentes cartes identiques de même valeurs pour passer au stade suivant. Cela permet d’améliorer les trois caractéristiques de bases de la carte (attaque, vie et armure).

On peut également augmenter ses caractéristiques via le biais d’âmes afin de monter une unité d’un niveau cinq à vingt.

Enfin, une unité ou une classe de héros a trois pouvoirs passifs. Afin d’en bénéficier, il faut récolter d’innombrables pierres (runes). Il y en a de différentes catégories et pour utiliser le troisième pouvoir, généralement le plus puissant, il vous faudra évidemment de nombreuses pierres très rares.

On obtient toutes ces ressources (âmes, pierres) en jouant. C’est lent, très lent. Il vous faudra des dizaines et des dizaines heures avant de pouvoir améliorer complètement plusieurs équipes de différentes d’unités.

Image de Gems of War
Des récompenses toutes les heures.

Je n’expliquerais pas en détail, le système de progression. C’est un peu confus au départ avec diverses ressources supplémentaires comme l’or, les points de gloires. On devra les utiliser pour ouvrir différents types de coffres afin d’obtenir nos unités et les éléments permettant de les améliorer.

De plus, le jeu propose un système de « récolte » qui permet chaque jour en se connectant et même toutes les heures de percevoir des récompenses. Celles-ci sont d’autant plus importantes si vous avez augmenté vos vingt-huit royaumes. Pour cela, il faut trouver le maximum d’unités et les améliorer au niveau des âmes et des aspects (pouvoirs passifs). Le fait d’augmenter ses royaumes permet également de bénéficier de deux points de caractéristiques permanent pour nos unités. Là succinctement, on parle de centaines et centaines d’heures de jeu pour en venir à bout ^^

La durée de vie du jeu explose totalement ce que l’on pouvait trouver dans les deux premiers Puzzle Quest. Cela peut devenir très chronophage.

Une vie de Gaming

Image de Gems of War
Qui se souvient de ce mini-jeux ?

Gems of War propose différentes choses afin de s’occuper gaiement. J’ai évoqué rapidement les royaumes plus haut au niveau des ressources. Chacun d’entre eux propose une petite campagne solo d’une heure environ (selon la difficulté choisie).

Ensuite, vous retrouverez dans chacun d’entre eux des défis. Qui permettent de récolter des âmes en affrontant des équipes adverses de plus en plus puissantes. Il y a également de l’exploration. Un système permettant de récolter un type de pierre par combat.

On retrouve aussi une arène qui nous oppose à huit autres équipes dirigées par l’IA qu’il faudra vaincre successivement afin de récolter encore des ressources. Enfin, on dispose d’un mini-jeux de chasse au trésor que les fans des Puzzle Quest reconnaîtront rapidement. C’est un gametype légèrement différent.

Chaque semaine vous aurez droit à un événement différent. Qui, encore et toujours, permet de récolter certaines ressources si on y participe.

Mais le plus important reste cependant le PvP afin de récolter de l’Or en pagaille (entre autres). Il ne s’agit pas d’un vrai gametype opposant deux humains l’un contre l’autre. En fait, vous jouez contre le jeu d’un autre joueur mais c’est l’IA qui officie.

Cela a son importance car il faut bien avouer qu’elle est très limitée. Déjà c’est vous qui commencez la partie : ce qui est tout sauf anodin. Ensuite, l’IA est très stéréotypée ce qui l’a rend très prévisible. Elle est aussi assez faible en ne prenant pas souvent de bonnes décisions dans l’utilisation des sorts de ses troupes. Alors d’un côté c’est plus simple ainsi de gagner et de récolter facilement lorsque l’on farm mais d’un autre cela serait un point qui nécessiterait vraiment d’être amélioré.

Guild Wars

Image de Gems of War
La Guilde Vs Guilde nous sort de notre confort.

Une fois le tour des royaumes effectué (ou pas), il est temps d’intégrer une Guilde. Avec vingt-neuf autres membres à vous le plaisir de mettre votre or en commun afin de bénéficier de bonus (aux niveau des caractéristiques encore) et surtout d’une multitude de ressources supplémentaires.

La Guilde constitue le passage obligé afin de progresser vite dans le jeu. Plus vous intégrez une Guilde haut niveau plus vous aurez de récompenses mais aussi de tâches à accomplir afin de maintenir et propulser votre Crew vers les sommets du classement. Un travail de longue haleine vous attend.

Le studio vient d’ajouter une toute nouvelle guerre des Guildes permettant un affrontement entre elles. Concrètement, pendant six jours, vous affrontez six autres Guildes dans divers groupes afin de récolter quoi ? Et bien d’autres ressources haha (avec notamment une unité spéciale par semaine que l’on peut obtenir uniquement par ce biais) avec aussi la gloire des classements.

Chaque jour donc vous devez effectuer cinq combats contre le jeu de cinq autres membres de la Team adverse. Pour pimenter le tout, vous avez de gros bonus de points si vous utilisez des troupes d’une couleur spécifique (jaune, bleu, vert, violet, marron ou rouge) annoncées à l’avance. Concrètement, le mardi, vous devez utiliser, par exemple, une équipe verte, le mercredi une rouge, etc…

C’est très intéressant pour le renouvellement et la diversité du jeu. Car cela nécessite d’avoir de nombreuses cartes améliorées à leurs plus hauts niveaux si vous voulez gagner plus de points. En plus chaque semaine, lors des événements, certaines troupes voir leurs stats boostées. Ce qui accentue encore plus cette redistribution des cartes : si je puis dire 😀

Le point négatif de la chose, c’est que cette guerre des guildes est surtout pensée pour les gros joueurs. Les plus récents auront plus de mal à suivre le rythme (car moins d’unité performantes). C’est surtout un problème dans des Guildes qui mixent vétérans et newbies.

ViP Club

Image de Gems of War
C’est vraiment sympa d’être au moins ViP 5 ^^

Pour terminer, ce long test précisons rapidement l’intérêt (ou pas) de payer dans Gems of War. On l’a déjà souligné : ce n’est pas nécessaire de sortir la maille pour gagner. Mais cela va plus vite au niveau de la récolte des ressources, comme dans tous les F2P qui se respectent.

Alors vous avez plusieurs niveaux de ViP (de 1 à 15) selon l’argent dépensé. À chaque niveau vous bénéficiez de petites friandises comme des clés journalières supplémentaires. Mais le plus important réside en trois points :

– Atteindre le niveau ViP 5 permet d’ouvrir des coffres spécifiques. Evidemment ces derniers proposent des choses bien plus intéressantes que les coffres lambda. C’est l’objectif prioritaire si vous choisissez d’acheter divers packs.

– Trois niveaux (5,8 et 11) vous permettent de passer toutes vos unités au niveau respectif 5, 10 ou 15. Excellent pour augmenter plus rapidement ses royaumes (et ses unités) au niveau des âmes. Un gros travail de Farm en moins.

– Enfin, divers autres niveaux proposent de booster vos gains d’XP, d’OR et d’Âmes de 100, 200 voir 300% selon les cas après chaque combats. Un raccourci fort appréciable pour amasser plus rapidement des ressources toujours aussi importantes.

Bref, selon les stades de niveau ViP cela devient très intéressant. À vous de voir si vous avez les moyens car c’est assez cher quand même selon les packs (or promos). Et si, par cette action, vous voulez remercier et rémunérer Infinity Plus 2. Pour le travail fournit sur le jeu de base ainsi que pour les incessantes mises à jour de contenus additionnels gratuits.

Conclusion

Image de Gems of War
Le top des Puzzle Quest !

Gems of War constitue l’apothéose de la saga des Puzzle Quest. On peut l’affirmer grâce à son gameplay extrêmement maîtrisé qui s’est bien peaufiné au fil des épisodes. Il n’y a aucun reproche à formuler sur ces points à part le cas de l’IA bien trop stéréotypée et donc très prévisible.

C’est très facile à prendre en main et le gameplay devient vite addictif. Le jeu propose tellement de choses à faire qu’il y en a pour plusieurs centaines d’heures de jeu. On apprécie le fait qu’il s’agisse d’un vrai Free2Pplay et non pas de Pay2Win. Le principe de récolter et d’améliorer ses unités convient parfaitement à ce type de jeu.

Notons, également, le gros travail d’Infinity Plus 2 qui s’échine encore à proposer du nouveau contenu gratuit afin d’améliorer son titre. Preuve en est, avec la nouvelle fonctionnalité de Guilde contre Guilde, le nouveau royaume proposant de nouvelles unités ainsi que les trois nouvelles classes de héros sortis il y a quelques semaines à peine. Si vous avez essayé le jeu seulement à sa sortie, il a beaucoup changé depuis (pour le mieux). Et il évoluera encore le studio ayant décidé d’y travailler encore pendant de longues années.

Parfait pour se détendre via quelques petites parties rapides, Gems off War peut aussi devenir très vite chronophage grâce à son imposant contenu.

9
Les +
  • Prise en main rapide
  • Gameplay addictif
  • Excellent mix des Puzzle Quest
  • Nombreuses combinaisons d'unités
  • Durée de vie
  • Vrai F2P
  • Mises à jours régulières
  • Des tonnes de choses à faire
  • Guild Wars nous sort de notre confort
  • Les éléments de RPG
  • L'aspect stratégique
Les -
  • IA faible et trop stéréotypée
  • Pas (encore) de vrai PvP
  • Des bugs en PvP

2 commentaires

Darkham
Darkham - jeudi 11 mai 2017 à 20:57:24#1

Rha va falloir tester ça, je vais m’entraîner pour que tu connaisses la défaite face au grand Darkham !

Tenefer
Tenefer - samedi 13 mai 2017 à 18:00:34#2

Tu m’as donné envie de le réinstallé !
Très bon test bien complet

Vous devez être connecté pour commenter.